Découvrons Ensemble l'Afrosoul de Thaïs Diarra

Parce que j'ai eu il y'a de cela quelques mois, un coup de foudre sonore, un plaisir sensoriel et rythmique majeur. Je ne pouvais pas me résoudre à tout garder pour ma seule personne. Je vous invite donc à découvrir gracieusement, celle par qui ce ravissement auditif est arrivé. 

1 Pourrais tu te présenter aux lecteurs en nous parlant de ton parcours musical ?

Le début de ma carrière musicale s'est fait en 2000, après avoir fondé un groupe  de hip hop soul en suisse, je deviens choriste et accompagne de nombreux artistes suisses (Bligg, Blacktiger entre autres)
C'est lors de mon retour aux sources, au Mali et au Sénégal que l'identité de mon style musical se précise : Afrosoul.
J'intègre le fameux groupe Positive Black Soul de Awadi. pionner du rap au Sénégal, avec qui j'enchaîne des tournées et des concerts dans des dizaines de pays africains et en Europe pendant plusieurs années.
En 2006, à Dakar, je rencontre le musicien auteur compositeur suisse Fred Hirschy, qui va par la suite devenir le producteur de mon Album solo. Nous enregistrons entre la Suisse et l'Afrique, mélangeant instruments traditionnels africains et la soul afro américaine et le hip hop. L'album  "Métisse" sort en 2013 et nous sommes à présent en tournée en suisse avec  cet opus.

2 Qui est Thaïs ? d’ou vient-elle, ou vit-elle et quelles sont ses origines, ses racines ?
Je m'appelle Thaïs Diarra. Diarra est le nom de mon père, qui est malien avec des origines sénégalaise et ma mère est suisse. Je suis née en Suisse, j'ai découvert mes racines  africaines à l'âge de 21 ans. Depuis, je vis entre les deux continents, comme beaucoup de métisses.

3 Comment définirais tu ta musique ?
 Je fais de l'Afrosoul, ma vision musicale est un mélange, un métissage, un voyage entre l'occident et l'Afrique donc on retrouve de la kora, du balafon et des percussions sur des rythmes funk ou
reggae accompagné de soul dans ma musique. Je traite de sujets comme la tolérance, et dénonce aussi les problèmes de société d'ici et là-bas.

4 Quelles sont les rencontres, les événements qui ont été décisifs à la conception de ce tout premier opus solo ?
Les événements décisifs sont en fait plutôt des rencontres décisives car cet Opus n'aurait pas pu être réaliser sans Fred Hirschy, qui a composé et enregistré "Métisse"avec moi et Didier Awadi,  qui a cru en moi et m'a propulsé sur la scène africaine, je leur doit énormément . Cet album  est très personnel  car il représente aussi la longue recherche d'identité, l'adaptation d'une culture à l'autre et il m'a fallu trouver des réponses et acquérir une certaine maturité pour le concrétiser.

5 D’ou puises tu l’inspiration de tes chansons ? 
Je suis inspirée par la musique avec laquelle j'ai grandi, la musique afro américaine des années 80, le reggae et la musique traditionnelle africaine de l'Afrique de l'ouest, j'écoute aussi du mbalax...Je compose avec ma guitare ou j'écris sur un thème qui me tient à coeur et la musique vient après ou alors c'est Fred Hirschy qui m'envoie un beat, une instrumentale, cela dépend.

6 Quelles sont les langues que l’on retrouve dans cet album et quelle est celle dans laquelle tu te sens plus a l’aise pour t’exprimer ?
Je chante plus facilement en anglais, car depuis petite j'ai toujours entendu la musique chantée en anglais à la maison, et je me suis identifiée à ces chanteurs " blacks", n'ayant aucun autre modèle, à l'epoque, qui ai la même couleur que moi autour de moi. Plus tard en tant que membre du Positive black Soul au Sénégal, j'ai appris et chanté en wolof et j' apprend le Bambara en ce moment.
J'ai donc intégré ces langues à ma musique
7 Quel message souhaiterais tu que l’auditeur retienne de ton oeuvre après écoute ?
Que l'on a beaucoup à apprendre les uns des autres et qu'il faut arrêter de vivre dans le passé.

8 Comment s’est fait le choix des artistes présent en featuring sur l’album tel que Fredy Massamba par exemple ?
Le choix des artiste s'est fait assez naturellement et spontanément. Freddy Massamba et moi avons tourné ensemble avec Awadi et il m'a beaucoup conseillé et est très vite devenu un grand ami. J'admire son talent et il allait de soi qu'il serait invité sur mon album. De même pour Xuman qui m'avait déjà invité sur son propre album. C'est Noumoucounda Cissokho  qui m'a présenté Awadi, j'ai toujours été fan de sa kora et il a aussi participé à la composition de certains morceaux.
9 Il y a t-il des dates prévues du côté de chez nous dans les jours à venir ?
Nous sommes entrain de finaliser le deuxième album qui devrait sortir en début 2015, nous avons des dates en Suisse  et au Sénégal pour l'instant mais nous préparons une tournée pour mars-avril et venir jouer en France est prévu mais  rien est encore confirmé donc, toute proposition est la bienvenue.

10 Le mot de la fin est pour toi…
L'intolérance est un fléau qui fait perdre beaucoup de temps, mais de toute façon,l'avenir sera métis !
                                                       
                                                           Merci à toi Thaïs
Pour écouter le premier opus et déguster la travail de Thaïs,  je vous invite a vous rendre ICI vous pourrez acheter l'album et soutenir par la même l'oeuvre de l'artiste.
N'hésitez pas à lui témoigner votre soutient en aimant sa page Facebook et en suivant son actualité. Je vous laisse en compagnie de son clip Africa Dieye, et je vous dis à tantôt les amours.

Sortez couvert les YGB
xoxo

CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.